Bryston BR20 Diapason
25 février 2022
Bryston 28B3 + BR 20 Diapason D’or
24 juin 2022

Bryston BR20 Haute Fidélité

Le Bryston BR-20 est un peu plus qu’un simple préamplificateur, ultracomplet et performant, car il combine l’excellent DAC du BDA-3 avec une plate-forme de streaming BDP mise à jour. BR en hommage à Brian Russell, malheureusement disparu en 2020, qui fit prospérer et perdurer la marque canadienne. Ambitieux, le BR-20 revendique le titre de meilleur préampli jamais conçu par Bryston.

BRYSTON BR-20
PREAMPLIFICATEUR-DAC-STREAMER Brillant hommage

Brian Russel était le président de Bryston et avait fondé la marque avec son frère Chris, pour lancer en 1973 son premier amplificateur destiné au marché professionnel. Toujours là, incroyable de longévité comme ses produits, Bryston colle au plus près des nouveaux usages. Le BR-20 est ainsi la plaque tournante des sources de votre système, aussi bien analogiques que numériques et dématérialisées. Il reprend les traits de la ligne Cubed taille basse, qui a apporté une touche de modernisme bienvenue chez Bryston, proche de l’esthétique du BP-17 Cubed, mais doté en plus d’un afficheur OLED 1 x 3 pouces bien lisible. L’intégration d’un DAC de haute qualité tel que le BDA-3 change un peu la donne, pour en faire un préamplificateur non seulement universel, mais situé à un haut niveau de performance technique et musicale.

CUBED STYLE

Cette ligne combine compacité et modernité, en conservant des canons esthétiques classiques comme les 18 touches à impulsions secondées de fines LED de contrôle. L’entrée casque 6,35 mm est sous l’écran OLED d’intensité réglable, affichant le niveau, l’entrée engagée et les métadonnées de façon très lisible. À chaque touche sa fonction, les 10 numériques commutant 8 entrées : 2 x AES/EBU, 2 x S/PDIF sur RCA, 2 x Toslink, USB-B et RJ45, plus les entrées HDMI optionnelles. La résolution maximale du DAC est de 24 bits/96 kHz via TosLink; 24/192 via S/PDIF coaxial, AES et HDMI; enfin 32/384 via USB et le module streamer. Le BR-20 prend en charge le DSD, aux formats natif et DoP (DSD sur PCM). La résolution maximale en DSD est x256 via USB et x128 via le module de diffusion. En analogique, deux sources asymétriques sur RCA et deux symétriques sur XLR peuvent être traitées. Un appui sur le volume accède à l’arborescence des menus de réglages, de mises à jour et aux nombreux paramétrages, comme nommer toutes les entrées, ajuster la luminosité de l’écran et des LED, fixer le niveau maximum du volume, ou appliquer des Resets et des MAJ. Des petites LED visualisent les taux d’échantillonnages PCM et DSD séparément, jaune pour le DSD natif et vert pour le DoP. Enfin, le BR-20 est livré avec la solide télécommande BR-4 en métal très qualitative.

LE STREAMING SELON BRYSTON

Une fois le lecteur relié au réseau, la lecture passe par l’adresse IP du BR-20 sur le portail my-Bryston.com, qui arrive sur la plateforme Manic Moose, propre à Bryston. Il n’y a pas de module Wi-Fi (optionnel), le contrôle se faisant par l’interface Web qui est basée sur le logiciel MPD (Music Player Daemon) open source. Le streamer est construit sur une architecture Raspberry Pi 4 SBC. L’interface accède aux fichiers stockés sur le réseau une fois les partages établis, aux clés USB connectées, aux services d’abonnement Qobuz et Tidal, et aux radios thématiques sur l’annuaire bRadio. Le smartphone est utilisable comme terminal mais pas très confortable en taille de lecture, une tablette ou un PC seront préférables pour leur largeur d’écran facilitant la lecture des trois colonnes. Dans le Media Player, les illustrations d’albums sont prises en charge en partie centrale, alors que celui-ci dispose d’une certaine flexibilité pour créer et éditer des listes de lecture. L’attrait visuel général contraste avec ce que l’on trouve actuellement sur les meilleures applications, souvent plus esthétiques, mais la solution Bryston fait son job. La certification Roon est en cours, ce qui rendra le BR-20 bien plus agréable à utiliser sur un ordinateur portable relié en USB, pour lire des fichiers DSD natifs, par exemple.

CONCENTRE DE TECHNOLOGIE

Le circuit analogique conçu spécifiquement pour le BR-20 est intégralement symétrique en pure classe A, comme sait si bien le faire Bryston grâce à l’expérience des circuits Salomie. Tout est en composants discrets étroitement calibrés, majoritairement en CMS, répartis sur de nombreuses cartes distinctes pour offrir une compacité rare. Des relais de commutation sont présents sur toutes les entrées, alors que le contrôle de volume analogique à gestion numérique est très précis. L’alimentation bien dimensionnée est indépendante pour les circuits analogiques et numériques. Peu d’informations filtrent sur le DAC si ce n’est que comme il est identique à celui du BDA-3, on peut supposer qu’il embarque deux puces 32 bits montées en mode différentiel, à l’isolation galvanique des entrées parfaitement réalisée, et où les signaux d’horloge de toutes les données entrantes PCM sont resynchronisés avec l’horloge maître interne de haute précision. Le puissant étage d’amplification casque est compatible avec les modèles de basse impédance, alimentant sans effort même les charges difficiles. Une carte optionnelle combine quatre entrées HDMI 4K avec une sortie et permet la commutation de sources dans un système audio-vidéo, en plus du DSD directement accessible à partir d’un SACD, valorisant le DAC USB compatible DSD256 du BR-20. Une carte optionnelle phono MM est aussi au programme.

ECOUTE

Timbres : Après un petit de temps de chauffe, le BR-20 donne toute la pleine mesure de son talent en étalant une transparence, une absence de coloration et une pureté de timbres rares, cela sur une très large bande passante. Cela commence par un grave vraiment superbe, à la fois profond et tendu, sans boursouflure mais très précis et différencié dans son rendu sonore, telle la doublebasse de Larry Grenadier sur le morceau «Bharati», album Hyperion With Higgins de Charles Lloyd, que l’on prend un vrai plaisir à suivre dans ses méandres, tout comme on apprécie la rutilance et l’expressivité du saxophone du maître, magnifiquement entouré. Les voix ainsi que les choeurs grandioses s’épanouissent sur Othello de Rossini, par l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, où le ténor Michael Spyres resplendit de générosité par sa voix agile, puissante et chaleureuse, magnifiquement mise en valeur grâce au BR-20. Les choeurs en arrière sont parfaitement posés et distincts, d’une lisibilité parfaite tout comme l’orchestre, sans oublier de faire passer l’émotion.

Rapport qualité/prix

Si on additionnait le prix des appareils Bryston que contient en lui le BR-20 (DAC BDA-3, streamer BDP-3 et préampli symétrique), le budget serait plus que doublé. Il s’impose comme un préamplificateur émérite, marié à un DAC qui ne l’est pas moins, en y ajoutant une solution lecteur réseau propriétaire bien utile. La maîtrise technologique de Bryston dans de nombreux domaines force l’admiration, sans faire du BR-20 un appareil au prix inabordable, bien au contraire compte tenu de ses éminentes compétences.

VERDICT

Le BR-20 est un véritable hub audiophile ultime, y compris dans ses fonctionnalités et sa connectivité, ou même ses possibilités en DSD et haute résolution. Cela se traduit par des mesures de bruit et de distorsion les plus faibles depuis plus de 40 ans d’histoire de la marque. Ces caractéristiques uniques servent une restitution totalement exempte de coloration, toute en nuance et douée d’une richesse harmonique exquise. L’étendue fonctionnelle du BR-20 marié au convertisseur de haute tenue justifie pleinement de craquer pour le Bryston. Le BR-20 synthétise magnifiquement la longue expérience de la marque canadienne, technologique mais aussi musicale.

FICHE TECHNIQUE

  • Origine : Canada
  • Prix : 6290 euros
  • Finition : aluminium argent et noir
  • Garantie : 20 ans
  • Carte Phono MM: 980 euros
  • Carte HDMI : 1170 euros
  • Câble RCA/XLR 1m: 220 euros
  • Dimensions (L x H x P) : 430 x 116 x 330mm
  • Poids : 5,5 kg
  • Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 kHz (± 0,05 dB)
  • Rapport signal/bruit : -110 dB (RCA et XLR)
  • DHT : ≤0,0006 %
  • Distorsion d’intermodulation : ≤0,0003 %